Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

virtu@lisat.ions

PARIS - 1997
Virtualison, virtualison!

Virtualisation du monde virtuel...

Passé, présent, futur, ... passe composé... et puis ... 

VIRTUEL: Qui a en soi toutes les conditions essentielles à sa réalisation (Possible, potentiel).

Maquettes virtuelles et gestion du projet.

Je rêve d'un langage virtuel...

Le jeu est virtuel, ... vous pouvez faire ce que vous voulez...

L’imperceptible virtualisation de l’être...

Virtualisation sans fin

Ce film bourré d'effets virtuels...

Virtualisation du monde!

Président virtuel, journal virtuel, discours virtuel.

Celui-la tu peux le tuer, il est virtuel!

On n'existe pas, on est virtuels!

Virtuel toi-même!

Je te virtualise et je pulvérise tous tes pixels dans l'univers!

Dans un ordre chronologique l'état virtuel précède tous les autres états.

Dans un ordre achronique, l'état virtuel se confond avec tous les autres états.

Dans un ordre synchronique, l'état virtuel est une facette de tous les autres états.

_______________

La théorie des présents composés

Recherche

DEUXMILLEDIX

LOGO POETES salon-livre-2015.jpg

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 13:48

Ada Martinkus nous a quittés le 22 août dernier pour s’approcher des mythes de sa Lituanie natale et rejoindre dans l’éternité son père Algirdas Julien GREIMAS.

Ada Martinkus est l’auteur de « Eglé, la reine des serpents, un conte lithuanien », publié à Paris par l’INSTITUT D’ETHNOLOGIE du Musée de l’Homme, en 1989. Ouvrage dédié par l’auteur:

Aux Lithuaniens des villages,

Aux Lithuaniens des villes.

A tous les Lithuaniens.

Voici la page des remerciements :

Une bourse de recherche, offerte par l'Université de Vilnius en 1974, m'a donné l'occasion d'exploiter les Archives nationales du folklore de l'Institut de Langue et de Littérature lithuaniennes de l'Académie des Sciences de Lithuanie ; les conseils du professeur D. Sauka et des chercheurs tant de l'Université de Vilnius que de l'Institut m'ont été d'un grand secours lorsque j'ai voulu mieux connaître le contexte aussi bien mythique que socio-culturel dans lequel se trouvait inscrit le récit que j'avais choisi d'étudier. Je saisis ici l'occasion de remercier tous ceux — et ils sont nombreux — qui m'ont aidée et, en premier lieu, Monsieur J. Kubilius, recteur de l'Université de Vilnius, sans lequel ce travail n'aurait pas pu voir le jour.

En terminant, je ne peux pas ne pas exprimer ma vive gratitude à Denise Paulme dont j'ai suivi le séminaire à l'EHESS, qui m'a appris à aimer et à étudier les contes — africains, bien sûr — mais qui, comprenant que c'était la littérature orale lithuanienne qui avait mes faveurs, m'a encouragée à entreprendre ce travail et à y persévérer. Un jour, Geneviève Calame-Griaule m'a suggéré de rédiger l'exposé que j'avais fait à son cours, d'en faire un article ; depuis, elle a toujours suivi de près mes recherches — souvent hésitantes — dans le domaine lithuanien : c'est grâce à son exemple, à sa patience et à sa gentillesse que j'ai pu venir à bout de la tâche que je m'étais imposée et qui, au départ, me paraissait bien difficile à mener à bonne fin.

Ma gratitude s'adresse également à mon père, A.J. Greimas, qui a toujours été prêt à interrompre son travail pour répondre à mes questions sur des broutilles ou aux interrogations que je me posais sur des problèmes qui, avant que je ne lui en fasse part, m'apparaissaient insolubles ; loin de m'imposer ses propres voies et ses méthodes, il m'a constamment aidée de ses conseils pratiques, mais aussi — ce qui a été d'une importance capitale pour moi — de sa connaissance de la mythologie lithuanienne à laquelle il avait déjà consacré beaucoup de son temps.

Mes remerciements vont également à Madame Marie-Louise Dufour qui a facilité les conditions matérielles de mon travail ; sans sa sollicitude, l'achèvement de cette étude n'aurait pas été possible.

Partager cet article

Repost0
Published by Emmanuel CRIVAT - dans Artistes