Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

virtu@lisat.ions

PARIS - 1997
Virtualison, virtualison!

Virtualisation du monde virtuel...

Passé, présent, futur, ... passe composé... et puis ... 

VIRTUEL: Qui a en soi toutes les conditions essentielles à sa réalisation (Possible, potentiel).

Maquettes virtuelles et gestion du projet.

Je rêve d'un langage virtuel...

Le jeu est virtuel, ... vous pouvez faire ce que vous voulez...

L’imperceptible virtualisation de l’être...

Virtualisation sans fin

Ce film bourré d'effets virtuels...

Virtualisation du monde!

Président virtuel, journal virtuel, discours virtuel.

Celui-la tu peux le tuer, il est virtuel!

On n'existe pas, on est virtuels!

Virtuel toi-même!

Je te virtualise et je pulvérise tous tes pixels dans l'univers!

Dans un ordre chronologique l'état virtuel précède tous les autres états.

Dans un ordre achronique, l'état virtuel se confond avec tous les autres états.

Dans un ordre synchronique, l'état virtuel est une facette de tous les autres états.

_______________

La théorie des présents composés

Recherche

DEUXMILLEDIX

LOGO POETES salon-livre-2015.jpg

5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 20:47

"Marius" Alagna et "Fanny" Gheorghiu triomphent à l'opéra de Marseille

MARSEILLE (AFP) — Le ténor français Roberto Alagna et sa compagne, la soprano roumaine Angela Gheorghiu, ont triomphé mardi soir sur la scène de l'opéra de Marseille (sud de la France) où ils interprétaient en création mondiale "Marius et Fanny", de Vladimir Cosma.
Le compositeur français d'origine roumaine, plus connu pour ses musiques de films à succès comme "les aventures de Rabbi Jacob" ou "le grand blond avec une chaussure noire", s'essayait pour la première fois à l'art lyrique.
Essais réussi: pendant dix bonnes minutes, le public marseillais a ovationné les chanteurs, réservant l'accueil le plus chaleureux à Roberto Alagna, qui se produisait pour la première fois sur la scène marseillaise, et Angela Gheorghiu, très convaincants dans leur interprétation des figures mythiques de la trilogie marseillaise de l'écrivain Marcel Pagnol.
Soucieux d'éviter le pittoresque, Cosma est parvenu à trouver l'équilibre entre l'humour et le mélodrame, propre à l'oeuvre de Pagnol.
La salle a souri voire franchement ri lors de la scène où César apprend à son fils Marius à confectionner un Picon-Curaçao-Citron au bar de la Marine ou applaudi à tout rompre lors des airs remplis d'émotion de Marius, emporté par ses rêves de voyage sur les grands voiliers qui accostent au Vieux Port.
Roberto Alagna avait attiré l'attention du monde entier l'hiver dernier lorsqu'il avait quitté la scène de La Scala de Milan en pleine représentation de "Aïda", furieux d'avoir été sifflé par certains spectateurs.

Partager cet article

Repost0
Published by Emmanuel CRIVAT